Trouble panique

panic1.jpg

Le trouble panique se caractérise par des épisodes inattendus et répétés de peur intense accompagnée de symptômes physiques (pouvant inclure douleurs à la poitrine, palpitations cardiaques, essoufflement, vertiges ou douleurs abdominales). Ces sensations imitent souvent les symptômes d'une crise cardiaque ou d'autres conditions médicales mortelles. Dès lors, le diagnostique de trouble panique n'est souvent posé qu'après que de longues et coûteuses procédures médicales n'aient manqué d'apporter une réponse satisfaisante. Beaucoup de gens souffrant de trouble panique développent une angoisse intense entre deux occurrences de panique. Il n'est pas rare qu'une personne atteinte de trouble panique développe des phobies quant aux lieux ou aux situations dans lesquels les crises de panique ont eu lieu, qu'il s'agisse d'un supermarché ou d'autres situations quotidiennes. A mesure que la fréquence des crises de panique s'intensifie, le patient se met souvent à éviter les situations dans lesquelles il risquerait de faire une nouvelle crise sans possibilité immédiate de recevoir de l'aide. Cette attitude d'évitement peut au final se transformer en agoraphobie, une incapacité à aller au-delà des alentours sûrs et connus à cause d'une peur intense.

Heureusement, des traitements efficaces ont été développés grâce aux recherches soutenues par le National Institute of Mental Health (NIMH) et par l'industrie, pour aider les personnes atteintes de trouble panique.

Le trouble panique est-il répandu ?

A peu près 1,7% de la population adulte américaine entre 18 et 54 ans (environ 2,4 millions d'Américains) est touchée par le trouble panique au cours d'une année. Les femmes sont deux fois plus susceptibles de développer un trouble panique. Le trouble panique apparaît typiquement au début de l'âge adulte. Près de la moitié des personnes atteintes de trouble panique l'ont développé avant 24 ans.

Quelle est la cause du trouble panique ?

L'hérédité ou d'autres facteurs biologiques, des événements stressants de votre vie et penser de façon à obtenir des réactions corporelles excessives sont autant de facteurs ayant un rôle dans l'apparition du trouble panique. Les causes exactes du trouble panique restent inconnues et font l'œuvre de recherches scientifiques approfondies.

Des études sur des animaux et des hommes se sont focalisées sur la localisation des zones du cerveau et des circuits impliqués dans l'anxiété et la peur. La peur, émotion permettant à l'origine de réagir face au danger, provoque une réaction rapide, automatique et protectrice sans besoin d'y penser consciemment. Il a été prouvé que la réaction de peur du corps est coordonnée par une région profonde du cerveau appelée amygdale.

L'amygdale, quoique relativement petite, est une structure très compliquée. De récentes études suggèrent que les troubles anxieux puissent être liés à une activation anormale de l'amygdale. L'un des buts de la recherche est d'utiliser ce connaissance scientifique de base pour développer de nouvelles thérapies.

Quels traitements sont disponibles contre le trouble panique ?

Le traitement pour le trouble panique inclut des médicaments et la thérapie cognitivo-comportementale, qui apprend à voir les crises de panique de façon différente et propose des manières de diminuer l'anxiété. Le NIMH mène une recherche à grande échelle pour évaluer l'efficacité de ces traitements combinés. Le traitement approprié dispensé par un professionnel expérimenté peut réduire ou empêcher les crises de panique chez 70 à 90% des gens. La plupart des patients montrent des signes importants de progrès après quelques semaines de thérapie. Des rechutes peuvent arriver, mais elles peuvent en général être traitées efficacement comme les crises initiales.

Les personnes atteintes d'un trouble panique peuvent-elles aussi être affectées par d'autres maladies ?

Des études ont démontré que le trouble panique peut coexister avec d'autres troubles, la plupart du temps des dépressions, de l'alcoolisme ou de la toxicomanie. Environ 30% des personnes souffrant de trouble panique consomment trop d'alcool, et 17% consomment des drogues illégales, telles que de la cocaïne ou de la marijuana, en tentant sans succès d'alléger leur angoisse. Un diagnostique approprié et le traitement des troubles liés (alcoolisme, toxicomanie ou dépression) est une étape importante pour parvenir à traiter le trouble panique.

* Les informations de cette page proviennent de NIMH.

Pour plus d'informations ou pour fixer un rendez-vous, appelez-nous au +32 2 880 6226.